Kamikaze : l’histoire

Volume 1

Autrefois, les hommes avaient développé une philosophie naturaliste, l’Amanari-no-michi. D’après celle-ci, le monde était constitué des cinq éléments : le ciel, le feu, l’eau, le vent et la terre et tout ce qui s’était formé de ces cinq éléments devait y retourner, y compris les êtres humains. Il y a cinq mille ans, le peuple de Kegaï, qui respectait le principe d’Amanari-No-Michi, s’est formé. Il était constitué de cinq tribus correspondant aux cinq éléments. Cependant, à mesure que le temps passait, les hommes évoluaient pour devenir ceux que l’on connaît aujourd’hui. De ce fait, les hommes s’éloignèrent de la nature et donc de la philosophie originelle et perdirent leurs capacités spirituelles.

Il y a mille ans, apparut un fléau contre lequel l’humanité ne put rien faire. Les quatre-vingt-huit bêtes, révoltés contre le nouvel ordre du monde, voulaient revenir à la philosophie naturaliste d’Anamari-No-Michi. Cela leur servait de prétexte pour détruire et massacrer. L’humanité ne dut son salut qu’à l’apparition de cinq mystérieux guerriers qui anéantirent et enfermèrent les quatre-vingt-huit fauves. Ces sauveurs étaient les Matsurowanu-Kegaïnotami, héritiers du peuple de Kegaï originel.

Seulement, avant de disparaître, les bêtes réussirent à prendre le contrôle des hommes du ciel, du feu et du vent. Ainsi, un jour, les descendants des Matsurowanu-Kegaïnotami de ces trois éléments pourraient se réveiller avec la certitude de devoir agir pour le réveil des quatre-vingt-huit fauves. Une lutte entre les hommes de la terre et de l’eau et ceux du ciel, du feu et du vent s’engagerait alors et déciderait du sort de l’humanité. Le moment de cette guerre est aujourd’hui arrivé.

Kamuro Ishigami est le Kegaïnotami de la terre, son statut l’oblige à partir à la recherche de la fille de l’eau, mystérieusement disparue. Celle-ci est une des clefs qui permet le réveil des quatre-vingt-huit fauves. Elle est donc très recherchée par les Kegaïnotami manipulés.

La première rencontre entre Kamuro Ishigami et les hommes de main de Higa et Kaede, les Kegaïnotami du feu et du vent, dans le métro de Tôkyô, se termine dans le sang, mais sans vainqueur. Kamuro domine ses adversaires, mais aucun des deux camps ne sait où se trouve la fille de l’eau.

Misao Mikogami est cette jeune fille, mais elle n’a aucun souvenir de ses origines. En effet, ses parents, descendants du peuple de l’eau, sont morts alors qu’elle était jeune. La seule trace de ses origines est l’angoisse qu’elle ressent par temps de pluie et qui s’accompagne de visions. Elle vit aujourd’hui chez sa mère adoptive, une nonne.

Très vite, les hommes de Higa la retrouvent et cherchent à la kidnapper chez elle. Parmi ceux-ci, se trouve Aïguma, une camarade de classe de Misao, qui est évidemment très déçue par son amie. Cependant, Misao est sauvée par l’arrivée de Kamuro qui repousse tous ses adversaires.

Kamuro explique à Misao le pourquoi de cette attaque et ses origines. Dépassée par ces histoires extraordinaires, celle-ci se confie alors à son amie Keiko Mase, une journaliste. Celle-ci lui conseille de se méfier de Kamuro et de retourner au lycée où elle serait probablement plus en sécurité.

Hélas, le lycée est le lieu de la nouvelle attaque des hommes de main de Higa. Les élèves sont massacrés, et le lycée mis en ruine. Malgré le réveil des pouvoirs de Misao et l’intervention de Kamuro, Misao est enlevée. Battu à plate couture par Higa, l’homme du feu. Kamuro parvient cependant à s’enfuir.

Volume 2

Keiko, alertée par la radio, se rend au lycée de Misao pour aller à son secours. Quand elle arrive, tout est déjà fini. Elle rencontre Beniguma, une jeune fille au service de Kaede abandonnée par les siens. Keiko décide de s’occuper d’elle. Elle retrouve ensuite Kamuro chez Misao. Humilié par Higa, ce dernier pense que son grand-père, Daïdara, pourrait forger à nouveau son sabre pour lui donner plus de puissance. Avec Keiko et Beniguma, ils décident donc de partir tous les trois dans le village de la tribu de la terre.

Hélas, les cinq hommes de Shiranami, Rihei, Rikimaru, Hinomoto, Kikunosuke et Juzô, au service de Higa, les ont précédés et ont caché et enfermé Daïdara. Kamuro, qui a donné à Misao sa pierre, qui lui permettait d’anticiper les actions de ses adversaires, est vaincu et les habitants du village massacrés. Les hommes de Higa veulent savoir où se trouve le Torii de la tribu de la terre. Dans ce Torii, comme dans celui de chaque tribu, sont enfermés les quatre-vingt-huit fauves, et seul le sang du Kegaïnotami peut les en libérer. Kamuro Ishigami est obligé d’y conduire ses ennemis qui menacent la vie de Keiko.

Le Torii se trouve dans le Honkan, la terre originelle de la tribu de la terre. En ce lieu saint, la force occulte de Kamuro augmente et il comptait sur cela pour vaincre ses ennemis. Mais les choses ne se passent pas ainsi et, au cours du combat, le sang de Kamuro touche le Torii. Cela provoque le réveil d’une partie des quatre-vingt-huit fauves.

Cependant, les bêtes ne font pas la différence entre amis et ennemis et attaquent tout ce qui les entourent. Devant la gravité de cette situation, les hommes de Shiranami commencent à remettre en cause la légende de leur tribu. Sachant que Kamikaze est une arme conçue pour détruire les quatre-vingt-huit fauves et que les hommes de Shiranami ne parviennent pas à vaincre les monstres, Rikimaru décide de révéler à Kamuro où se trouve son grand-père.

Daïdara ne peut pas forger le sabre de Kamuro. Cependant, pour augmenter la puissance de Kamikaze, il faut baigner sa lame dans le sang du précédent Kegaïnotami. C’est le rituel de succession de la tribu de la terre. Le père de Kamuro ayant refusé de s’y soumettre, Ishigami doit trancher la tête de son grand-père. La montée de puissance en lui est alors extraordinaire.

Pendant ce temps, Misao a repris une vie quotidienne à peu près normale. Mais elle est sous la surveillance de Aïguma et vit chez Kaede. Elle a pris confiance en elle et ne se laisse plus marcher sur les pieds. De plus, elle commence peu à peu à maîtriser ses pouvoirs, bien que ceux-ci soient encore dépendants de ses émotions.

Volume 3

Les hommes du peuple de Kegaï du feu et du vent sont traqués et massacrés par un agresseur armé d’un sabre similaire à Kamikaze. Celui-ci se trouve cependant en bien mauvaise posture lorsqu’il tombe dans un piège tendu par Kaenguma et ses acolytes. Cependant, il survit grâce à l’intervention de Saé, la précédente chef du peuple de l’eau, qui le protège à distance de l’explosion de l’immeuble où il se trouvait. Il est ensuite recueilli par Keiko et Beniguma qui sont venues, alertées par l’incendie. Ce personnage mystérieux est Tasuku Aïda, il appartient à une tribu de personnes mi-Kegaïnotami, mi-humains. Lui et les siens sont depuis toujours chargés de la protection de la tribu de l’eau. Aujourd’hui, Tasuku doit protéger Misao Mikogami.

Pendant ce temps, Kaede amène Misao Mikogami au village de la tribu de l’eau. Elle a en effet l’intention de la tuer pour verser son sang sur le Torii de l’eau et libérer d’autres monstres. Kaede est accompagnée de Isami Tchikanaga, un homme du gouvernement pour qui les quatre-vingt-huit monstres sont une source de puissance considérable, et de Kita, un hybride de robot, d’humain et de monstre.

Misao fait alors la connaissance de Saé, sa grand-mère. Mais leur rencontre est assez brève puisque Kaede la décapite. S’ensuit alors un terrible combat entre les chefs des tribus de l’eau et de l’air.

Cependant, Misao reçoit le soutien inattendu du gardien du Torii de l’eau. Elle est également épaulée par le retour de Kamuro Ishigami. Celui-ci anéantit Kita tandis que Misao est sauvée in extremis par l’intervention post-mortem de sa grand-mère. Kaede et les siens sont alors obligés de fuir.

Volume 4

Kamuro et Misao retrouvent Keiko, Beniguma et Tasuku Aïda. La rencontre entre Aïda et Kamuro est assez houleuse, Aïda refusant que Kamuro prenne sa place de protecteur de Misao. Ce conflit est apaisé par les paroles de Kamuro et l’intervention de Misao qui calment Tasuku.

Pendant ce temps, dans la tribu de feu, on fait la connaissance d’Otoroshi, le maître des quatre-vingt-huit fauves, de retour sur Terre après mille ans d’absence. Ce personnage mystérieux semble cacher ses réelles intentions.

Nos cinq héros (Kamuro Ishigami, Misao Mikogami, Beniguma, Tasuku Aïda et Keiko Mase) partent pour le village de la tribu de la terre, Kamuro voulant rendre un dernier hommage aux siens avant que ne débute une dernière bataille décisive contre les hommes du feu et du vent et les quatre-vingt-huit fauves.

Au même moment, pour que se poursuive le retour des monstres, Kaede offre son sang pour détruire le Torii de la tribu du vent.

Parallèlement à ces événements, l’ombre d’un personnage mystérieux se dessine de plus en plus : Kayano, le chef de la tribu de Kegaï de l’air. Celui-ci semble tirer des ficelles qu’on ne distingue pas encore. Une chose est sûre : il est le responsable du réveil de l’envoûtement des monstres sur Higa et Kaede.

Pensant que Higa n’a pas encore libéré les monstres de sa tribu, Tasuku Aïda affronte ses hommes pour les forcer à lui révéler où le Torii du feu se trouve et empêcher leur chef de verser son sang dessus.

Volume 5

Les Torii du feu, du vent et de la terre sont déjà ouverts et ont laissé s’échapper les monstres qu’ils contenaient. Il ne reste donc plus que le Torii de l’eau, que Kaede et ses hommes n’avaient pu ouvrir, ainsi que celui de l’air, celui de Kayano, le mystérieux chef de la tribu du néant.

Dans le camp des tribus du feu et du vent, Otoroshi commence à tirer les ficelles. Il ordonne aux hommes de Higa d’enlever Keiko, de récupérer un des deux sabres Kamikaze (celui de Kamuro ou celui d’Aïda) et de prendre en otage la mère adoptive de Misao afin que celle-ci se livre. De plus, Otoroshi ordonne à ses monstres d’attaquer les humains : Tôkyô est ravagée.

Les deux premières instructions d’Otoroshi sont un succès. En effet, Kaenguma parvient à enlever Keiko. Cette dernière semble avoir un rôle particulier à jouer dans le conflit. Placée volontairement auprès de Misao, elle serait en fait la princesse Bishagatsuku et aurait perdu la mémoire. De plus, Kikunosuke qui affrontait Aïda parvient à récupérer son sabre. Cependant, l’enlèvement de la mère adoptive de Misao ne se conclut pas comme prévu, puisque c’est Beniguma qui vient à son secours et s’en sort sans mal.

Pendant ce temps, suite à une vision, Misao se rend dans le village de la tribu du feu. Elle y rencontre Higa qui la défie. En fait, il cherche surtout à la tester. On comprend vite qu’il a retrouvé ses esprits et qu’il n’est plus sous l’effet de l’hypnose de Kayano. Quant à Kamuro, il part aider une Kaede affaiblie.

Otoroshi dévoile enfin son vrai visage : il est Kayano, chef de la tribu du néant et chef des quatre-vingt-huit monstres. Maintenant qu’il a un sabre Kamikaze, seule arme capable de le blesser, il peut verser son sang sur le Torii du peuple du néant qui se trouve sur la Lune. Une nouvelle partie des monstres est donc libérée. Seul le Torii de l’eau est encore fermé.

Pendant ce temps, après s’être défait tant bien que mal de Hinomoto, fidèle à la cause des monstres malgré le retour à la raison de son ancien chef, Higa emmène Misao voir la personne responsable de sa vision : il s’agit de Zen, le fils qu’il a eu avec Kaede. C’est alors qu’une nouvelle menace se profile : une Keiko au regard maléfique s’approche d’eux…

Volume 6

Alors que Keiko force les protections du Honkan de la tribu du feu, Misao fait la connaissance de Zen, le fils de Higa et Kaede. Il est le premier enfant issu de l’union de personnes de deux tribus différentes à naître. Pour cette raison, Higa pense qu’il aura une importance capitale dans le conflit et qu’il peut être un symbole d’espoir. Kayano découvre en même temps que la chef de la tribu de l’eau l’existence de Zen. Se sentant menacé, il ordonne à Keiko de l’éliminer.

Celle-ci se retrouve alors face à son ancienne amie et à l’homme du feu. Devant nos deux héros abasourdis, elle se présente en tant que Princesse Bishagatsuku, fille unique de Kayano. Sa rencontre avec Misao était programmée par le chef du peuple du néant pour lui permettre de retrouver facilement le Torii de l’eau. Seulement, il n’avait pas prévu que Misao n’aurait plus de lien avec sa tribu suite à la mort accidentelle de ses parents.

Alors que Zen utilise ses pouvoirs pour essayer de la raisonner et de lui rappeler son amitié avec Mikogami, Bishagatsuku se déchaîne. Higa contient tant bien que mal ses attaques alors que Misao, encore sous le choc, refuse de blesser sa seule amie. Higa, affaibli par la blessure que lui a infligée Hinomoto, est vaincu et Keiko fait alors face à Misao. Des souvenirs commencent à lui revenir mais l’influence de son sang est trop forte. Suivant les consignes de son père, elle empoigne le cou de Misao. Mais le visage apaisé et apaisant de Misao lui rappelle leur rencontre et Keiko finit par retrouver définitivement ses esprits.

Vexé par l’échec de sa fille et par son propre échec, Kayano choisit d’intervenir pour éliminer Keiko. Mais Misao fait tout pour la sauver. Elle essaye de raisonner l’homme du néant en invoquant des sentiments que Kayano prétend ne pas connaître. Toutefois, l’intervention de Misao n’est pas vaine, car il épargne finalement la vie de son héritière et repart, donnant pour point de chute au conflit millénaire le Honkan de la tribu de l’eau.

Après cet épisode, Misao utilise son pouvoir pour aider toutes les victimes des monstres. Kaenguma, Kikunosuke, Rikimaru ou Aïda ont été sauvés par son intervention et choisissent de manifester leur reconnaissance envers Mikogami en gagnant la terre de l’eau pour participer au dernier combat. Kamuro accompagné d’Aïguma et Kaede prend le même chemin.

Au Honkan de l’eau, tous les survivants du peuple de Kegaï profitent des derniers instants de calme pour se reposer et se détendre autour d’une fête. Les premiers monstres sont accueillis et vaincus par Beniguma, Kikunosuke et quelques hommes du feu et du vent.

Keiko et Zen, dont les pouvoirs antinomiques se repoussent, discutent du rôle de Zen dans le conflit. Ils suggèrent l’idée que celui-ci serait envoyé par « quelqu’un » pour affaiblir Kayano et rééquilibrer les forces en présence. L’homme du néant n’a en effet jamais été aussi puissant. Effectivement, dérivé du peuple de Kegaï, Kayano se nourrit de la force négative de l’homme. Errant longtemps sans but, alors qu’il n’était qu’une conscience, il a réfléchi à son rôle et à son identité pendant plusieurs millénaires. Arrivé au bout de sa réflexion, il avait obtenu un corps et la conviction que sa destinée était de manifester toute la force négative qu’il avait en lui et de détruire sa source : l’humanité.

L’armée des monstres, avec Kayano à sa tête, arrivée, les combats débutent, déséquilibrés en raison du pouvoir de destruction important des bêtes et de leur nombre. Dans cette lutte, les chefs des tribus de Kegaï jouent un rôle de guide et d’exemple. Ils éliminent les monstres relativement facilement. Jusqu’à ce que Higa se fasse surprendre…

Volume 7

Kaenguma intervient pour aider Higa. Mais, sous l’effet des combats, le sol cède et Misao tombe dans un précipice. A moins que quelqu’un n’ait provoqué sa chute pour l’amener quelque part…

Plus nombreux et plus forts, les monstres de Kayano dominent les combats. Seuls les chefs de tribu et quelques autres parviennent à les vaincre. Malgré sa supériorité apparente, Kayano est inquiet. Pour accentuer encore sa puissance, il se lance en quête du Torii de l’eau et se sert des pouvoirs de deux de ses monstres pour faire remonter à la surface ce qui se cache dans les profondeurs de la mer.

Alors que les monstres ont réussi à mettre à jour le Torii de l’eau, Kamuro Ishigami affronte les fauves et les élimine par dizaines. Après avoir vaincu ses nombreux assaillants, Ishigami reprend son souffle. C’est alors que Kayano vient à sa rencontre. L’homme du néant a la sensation qu’Ishigami est la personne qu’il attend depuis si longtemps. Les deux hommes s’apprêtent à s’affronter.

Aïda arrive sur les lieux et cherche des survivants au milieu des cadavres de monstres et de personnes du peuple de Kegaï qui l’entourent. Parmi ceux-ci, il retrouve Aïguma, mourante. Les combats lui ont été fatals. Aïda la réconforte pour ses derniers instants. Il intervient ensuite pour aider Beniguma, Kikunosuke et Rikimaru qui affrontent un monstre.

De son côté, Keiko choisit de se retirer. Elle pense en effet que sa présence peut être un poids pour Zen.

Kaede participe également aux combats et se retrouve face à Juzo Akaboshi. Pour obtenir davantage de puissance, celui-ci a choisi le camp des monstres et exerce sa faculté de contrôle sur l’un d’eux.

Au cours de sa chute, Misao retrouve le gardien du Torii de l’eau en qui elle reconnaît Sae, sa grand-mère et précédente chef de sa tribu. Elle comprend alors la véritable identité de ce dragon et le rôle qu’elle aura à jouer pour mettre fin au conflit millénaire.

Le combat entre Ishigami et Kayano s’achève par la victoire de l’homme du néant. Celui-ci laisse son adversaire gisant au sol, gravement blessé. Kayano s’éloigne, complètement perdu, désespéré. On comprend de plus en plus que le but de ce conflit millénaire est de lui permettre de se libérer de son existence immortelle. Zen vient alors à sa rencontre pour l’aider. Mais l’homme du néant reprend ses esprits et transperce le fils de Higa avec son sabre.

Aïda et Juzo interviennent alors. Juzo, qui a renoncé à la force des monstres suite aux paroles de Kaede, se sacrifie pour qu’Aïda puisse porter un coup fatal à Kayano. En vain. Aïda finit toutefois par profiter d’une chute maladroite de Kayano pour le faire lâcher son sabre. Celui-ci est récupéré par Ishigami, qui réunit les deux sabres Kamikaze qui effrayaient tant Otoroshi. Kayano sent que le moment de sa mort est peut-être enfin arrivé. Disposé à mourir, il s’agenouille. L’homme de la terre le transperce alors à l’aide des deux sabres Kamikaze. Épuisé par ses blessures, Ishigami s’effondre ensuite sur le sol. Mais Kayano survit.

Au sommet du désespoir, Kayano entend enfin une voix répondre à sa question. « Moi, je t’accorderai le pardon. » Un immense dragon apparaît dans le ciel. Kayano reconnaît Misao. Celle-ci, avec son pouvoir de l’eau, apaise les âmes en colère et emmène tous les fils du destin avec elle dans les profondeurs aquatiques. Kayano, ses monstres, Kamuro et Zen disparaissent avec Misao. Ainsi s’achève la malédiction des quatre-vingt-huit fauves. Une fin qui laisse un goût amer à tous les survivants, enfin libérés de leur destinée sanglante.

Six ans plus tard, Beniguma et Kikunosuke rendent visite à Keiko. Depuis la dernière bataille du conflit millénaire, celle-ci vit dans la terre natale de la tribu de l’eau et veille sur un cyprès de la tribu de la terre. Par ce geste, elle rend hommage à Misao et Kamuro, disparus pour protéger l’humanité.