Riot

En quelques mots

Après diverses histoires courtes (dont Crimes et Châtiments, le premier travail de l’auteur que l’on peut retrouver à la fin du premier volume de Riot), c’est en 1993 que Satoshi Shiki entame avec Riot sa première série manga. L’œuvre est publiée dès le début de cette année dans le supplément Comic Genki du magazine Newtype de l’éditeur Kadokawa Shoten. Riot rencontre très vite un certain succès au Japon. Pourtant, après la sortie de son deuxième volume à la fin de l’année 1994, sa publication est interrompue.

Moins d’un an et demi plus tard, en février 1996, Riot arrive en France dans la collection Akira de Glénat. Cette collection regroupe des œuvres visant un public mature et propose des ouvrages à la fabrication de qualité (format A4, couverture cartonnée, papier glacé), ce qui se ressent sur le prix proposé. Hélas, le public ne suit pas l’initiative et de nombreux mangas de cette collection « de luxe », dont Riot, sont passés inaperçus en France. Le manga de Satoshi Shiki se voit également publié dans Kaméha Magazine, le mensuel de publication de mangas que propose à cette époque Glénat.

Doté d’un graphisme fin et d’un découpage nerveux, Riot se distingue avant tout par un univers surprenant qui associe western, mechas et magie à un scénario mystérieux et intriguant. En arrière-plan d’une histoire explosive et mouvementée, on découvre le passé tourmenté des « grandes gueules » que sont ses protagonistes. Humour et émotion parsèment le tout et en font une œuvre extrêmement complète qui, malgré quelques défauts de jeunesse, laissa plus d’un lecteur frustré par son interruption.

En 1998, quatre ans après son interruption, une seconde chance est donnée à Riot chez l’éditeur Shueisha qui rebaptise le manga Riot of the World. Alors que commence la prépublication dans le mensuel Ultra Jump, les deux premiers volumes de Riot of the World sont publiés. Ils correspondent à une réédition des deux tomes originaux de Riot. Pour l’occasion, Satoshi Shiki nous gratifie de nouvelles couvertures qui laissent transparaître une évolution profonde de son style de dessin. De plus, certaines cases sont redessinées (de manière discutable, ces illustrations tranchant avec l’ancien graphisme de Satoshi Shiki et n’étant pas forcément très soignées) et deux courts passages ont été ajoutés (« fan service » power dans le volume 1 !!).

La prépublication, elle, commence directement par la suite de Riot avec des chapitres dont le dessin laisse à penser qu’ils ont été dessinés (et peut-être publiés) en 1994 ou 1995 dans la continuité du volume 2 de Riot. Sept chapitres sont ainsi publiés de novembre 1998 à mai 1999 (numéros 23 à 29 d’Ultra Jump) et constituent le futur volume 3 de Riot of the World qui sortira en janvier de l’année suivante. S’ensuit une pause de quelques mois avant la publication en décembre 1999 et janvier 2000 (numéros 36 et 37) de deux chapitres supplémentaires, annoncés comme les premiers du volume 4, dont le dessin dans la droite lignée de Kamikaze montre la fraîcheur.

Pourtant, depuis janvier 2000, Riot of the World est aux abonnés absents. La série est considérée comme étant en cours sur le site de son magazine de prépublication et le volume 3 s’achève sur un « à suivre dans le volume 4″ des plus frustrants. Après Riot, c’est donc au tour de Riot of the World d’être interrompu.

Manga abandonné après deux volumes, repris pour un unique volume non-conclusif avant de voir sa publication de nouveau interrompue, Riot n’aura jamais pu voir son potentiel exploité et donne l’impression d’un immense gâchis. Satoshi Shiki reprendra peut-être sa première œuvre un jour mais le « à suivre dans le volume 4″ concluant un volume 3 aujourd’hui épuisé au Japon laisse clairement un goût amer.

Informations pratiques

Titre original : Riot of the World
Auteur : Satoshi Shiki
Catégorie : Seinen
Editeur : Shueisha
Année : 1998-2000
Nombre de volumes : 3 volumes (édition Interrompue)
Edition précédente :
  • 1993-1994 (Kadokawa Shoten, 2 volumes, Interrompue)
Prépublié dans :
  • Newtype (Mensuel, Kadokawa Shoten)
  • Ultra Jump (Mensuel, Shueisha)
Edition française :
  • 1996 (Glénat, 2 volumes, Terminée)