Satoshi Shiki

Satoshi Shiki est l’auteur des mangas Riot, Kamikaze, Min Min Mint et XBlade. Tous les quatre publiés en France, ces titres, et principalement Kamikaze, ont su se faire remarquer par leur dessin riche et soigné, alliant décors photo-réalistes et personnages expressifs qui semblent prendre vie sous la plume de leur auteur.

Nom : Satoshi Shiki / 士貴智志
Profession : Mangaka (dessinateur et scénariste de mangas)
Date de naissance : Le 20 novembre 1970
Lieu de naissance : Kasugai (préfecture d’Aichi, Japon)
Site officiel : http://www.wrenchstudio.gr.jp
Twitter : @shikisatoshi

Dessinateur méticuleux, Satoshi Shiki accorde importance capitale à la narration de ses œuvres et à la caractérisation de ses protagonistes, dans le but de réaliser un divertissement de qualité, capable de toucher le lecteur.

Au Japon, depuis la fin de la saga XBlade, qu’il réalisait avec la collaboration de Tatsuhiko Ida au scénario, il dessine Persona X Detective Naoto, d’après le jeu vidéo d’Atlus et un roman de Natsuki Mamiya, et Shingeki no Kyojin (L’Attaque des Titans) – Before the Fall, d’après le manga de Hajime Isayama et une série de romans de Ryô Suzukaze.

En France, XBlade Cross, publié par Pika Edition, succède à XBlade au mois de novembre 2013.

Biographie de Satoshi shiki

Satoshi Shiki naît le 20 novembre 1970. Sa ville natale, Kasugaï, se situe près de Nagoya dans la préfecture d’Aïchi.

Les débuts de Satoshi Shiki

Durant son enfance, il se passionne très vite pour les mangas et pour le dessin. Il commence donc à dessiner assez tôt. Cependant, il ne prend jamais de cours de dessin. Il apprend par lui-même, à force d’observer les dessins des mangakas professionnels. Il s’exerce énormément et acquiert un réel talent, ainsi qu’un style de dessin qui ne demande qu’à s’enrichir et à mûrir. Au lycée, il participe à un club de mangas. Celui-ci lui permet de publier ses premiers mangas sous forme de dôjinshi (fanzine).

La collaboration avec Kadokawa Shoten

Satoshi Shiki entame sa carrière de mangaka professionnel chez l’éditeur Kadokawa Shoten. En 1991, dans le supplément Comic Genki du magazine Newtype, il publie son premier travail, Crimes et Châtiments. Il s’agit d’une histoire courte que l’on peut retrouver à la fin du premier volume de Riot.

C’est en 1993 qu’il commence sa première série : Riot. Cette première œuvre porte déjà sa marque de fabrique : un dessin soigné, un scénario fantastique complexe et une galerie de personnages très fouillés. Ce manga connaît d’ailleurs un certain succès au Japon. Malgré cela, Riot est interrompu après la sortie de son second volume, ce qui marque la fin de la collaboration de Satoshi Shiki avec Kadokawa Shoten… La publication de 69, un autre titre que le mangaka avait débuté pour l’éditeur, est également stoppée.

Une longue absence

Satoshi Shiki disparaît ensuite de la circulation pendant plus de deux années au cours desquelles il ne publie rien. On ne connaît pas les raisons de ce long silence, ni celles des arrêts de Riot et 69. Toutefois, qu’elles soient de son fait ou non, ces deux interruptions n’ont pas satisfait Satoshi Shiki qui reviendra sur ces deux séries en 1997 et 1998, en les republiant depuis le début via un nouvel éditeur ou le dôjinshi. Toutes deux seront complétées avec des chapitres inédits en volumes reliés, mais sans doute publiés, ou tout du moins dessinés, en 1994 ou 1995, dans la continuité.

Lorsqu’on retrouve l’auteur sur des travaux inédits, son style de dessin a bien changé. Quelle qu’en ait été la raison, on sent que Satoshi Shiki a beaucoup travaillé le dessin au cours de cette période. Il s’est perfectionné et son style prend une nouvelle direction, plus personnelle, dans laquelle il évoluera tout au long de la publication de Kamikaze. Les visages de ses personnages deviennent plus ronds, moins anguleux (les mentons sont moins pointus, les cous moins longs…) et il donne davantage de détails à leurs yeux, ce qui contribue à les rendre plus expressifs.

Première œuvre majeure : Kamikaze

En 1997, Satoshi Shiki fait son retour dans le manga avec le début de Kamikaze. Publié par Kôdansha dans le magazine Afternoon, ce manga illustre le renouveau du style graphique d’un auteur en pleine évolution. La même année, Satoshi Shiki se signale par la sortie en dôjinshi du premier des trois volumes de 69 Stormtroopers of Death, reprise de 69, une série précédemment prépubliée chez Kadokawa Shoten. Les deux autres volumes suivront l’année suivante.

En 1998, alors que Kamikaze se poursuit, Riot renaît chez l’éditeur Shueisha. Celui-ci republie ses deux premiers volumes sous le titre Riot of the World. De plus, la suite (dessinée, et sans doute publiée, auparavant, car elle présente un dessin dans la continuité de Riot) commence à être publiée dans le magazine Ultra Jump de l’éditeur. En 2000, un troisième volume voit le jour. Il prolonge l’histoire de Riot, plus de cinq ans après la sortie de son dernier tome chez Kadokawa Shoten. Toutefois, ce troisième volume ne conclut pas la série et quelques chapitres du volume 4 de Riot of the World sont publiés dans Ultra Jump. Ces épisodes resteront cependant sans suite et le volume 4 ne verra jamais le jour. Après Riot, c’est donc au tour de Riot of the World d’être interrompu.

Entre 2000 et 2002, Satoshi Shiki dessine Min Min Mint pour Kôdansha. Avec ce nouveau manga, en un volume, le mangaka change radicalement de style. Après des œuvres sérieuses et plutôt sombres, le voilà qui s’attaque à la comédie. Parallèlement à cela, Kamikaze poursuit sa route. Au printemps 2003, Satoshi Shiki met fin à la prépublication de sa série. Les deux derniers volumes sortent le 21 novembre 2003. Pendant la publication de Kamikaze, le mangaka a continué sa progression, affinant son style de dessin et maîtrisant de mieux en mieux les techniques de narration du manga.

L’après-Kamikaze

Au début de l’année 2004, Satoshi Shiki se consacre à Daphne in the Brilliant Blue. En plus de sa participation à la conception de cette série animée diffusée la même année, il s’occupe de « I » Daphne in the Brilliant Blue, son adaptation en manga, dans le mensuel Young King Ours de l’éditeur Shonengahosha. Ce travail l’occupe un peu plus d’une année, ponctuée par la sortie d’un volume relié, à l’issue de laquelle son manga est interrompu.

S’ensuit une période blanche de près de deux années au cours desquelles Satoshi Shiki ne se signale que par les annonces de sa participation à deux projets d’animation, Mezame no Hermit et Metal Hazard Mugen. A la fin de l’année 2006, alors qu’aucun de ces projets ne s’est encore concrétisé, l’auteur fait son retour dans le manga avec XBlade, qu’il co-signe avec Tatsuhiko Ida. Prépublié dans le mensuel Shônen Sirius, ce nouveau titre marque également la reprise de sa collaboration avec l’éditeur Kôdansha.

XBlade, le retour sur le devant de la scène

La publication de XBlade permet à Satoshi Shiki de revenir dans la lumière. En 2007, une exposition lui est consacrée dans différentes villes du Japon. Celle-ci présente des planches et des illustrations du mangaka et permet aux visiteurs de le rencontrer. L’année suivante, alors que XBlade se poursuit avec succès (le manga atteint les cinq volumes à la fin de l’année), Satoshi Shiki est mis à l’honneur avec les rééditions de « I » Daphne in the Brilliant Blue et de 69. Publié par Kôdansha sous le titre de « I », le premier est complété par un second volume, reprenant les chapitres prépubliés en 2004, mais restés inédits en volumes reliés, ainsi qu’un court épilogue. Si le manga reste incomplet, la frustration de son interruption est atténuée par cette réédition. Quant au second titre, après une prépublication et une sortie en dôjinshi, l’éditeur Tokuma Shoten lui permet d’être publié pour la première fois en volume relié.

En 2011, XBlade Cross succède aux douze volumes de XBlade. Le changement de titre vient souligner un tournant et l’entame d’une nouvelle partie importante de l’intrigue du manga. La même année, parallèlement à XBlade, Satoshi Shiki débute deux autres titres. Le premier, Genjûza, est l’adaptation en manga d’un roman de Gakuto Mikumo. Il est publié tous les mois dans le magazine Shônen Rival de Kôdansha. Le second, Betsuani !, une chronique lycéenne à destination d’un public d’adolescentes, n’est pas seulement un changement de registre et de lectorat pour l’auteur. C’est aussi l’occasion pour lui de faire une infidélité à son éditeur fétiche. Effectivement, ce n’est pas Kôdansha, mais Ichijinsha et son bimestriel Comic Zero Sum Ward qui publient le titre. Avec la suite de XBlade, le mangaka est alors plus actif que jamais, menant de front trois mangas.

Quand XBlade se termine

Un an et demi plus tard, à la fin de l’année 2012, XBlade entre dans sa dernière ligne droite. Au même moment, Persona X Detective Naoto succède à Genjûza et à Betsuani !, qui s’achèvent après respectivement trois et un volumes. Adapté du célèbre jeu vidéo d’Atlus, ce nouveau titre est issu d’un roman de Natsuki Mamiya et d’une collaboration avec l’éditeur ASCII Media Works. C’est la première fois que Satoshi Shiki travaille pour cet éditeur et pour son mensuel Dengeki Maoh.

Quelques mois plus tard, au cours de l’été 2013, le dénouement de XBlade est publié dans Shônen Sirius. Le huitième et dernier volume de XBlade Cross suit deux mois après, en novembre. Avec près de 7 années de publication ininterrompue, 81 chapitres (82 en comptant le chapitre spécial 00.1) et 20 volumes reliés (répartis entre XBlade et XBlade Cross), la série devient la plus longue de l’auteur, loin devant Kamikaze, et occupe une place de choix dans sa bibliographie.

Le mangaka rebondit aussitôt, puisque, le mois de la prépublication de la conclusion de XBlade, il entame son nouveau titre, toujours dans les pages de Shônen Sirius. L’Attaque des Titans – Before the Fall est une nouvelle adaptation d’un roman, la troisième pour Satoshi Shiki après Genjûza et Persona X Detective Naoto. Signé Ryô Suzukaze, ce titre est surtout une déclinaison du manga à succès de Hajime Isayama (Shingeki no Kyojin en version originale). Un défi de taille pour Satoshi Shiki qui, en parallèle, poursuit Persona X Detective Naoto.

Bibliographie

 

Titre Année Editeur Nombre de volumes Version française
Riot 1993-1994 Kadokawa Shoten 2
  • Glénat 2 volumes (Terminée)
Kamikaze 1998-2003 Kôdansha 7
  • Panini Manga 7 volumes (Terminée)
Riot of the World 1998-2000 Shueisha 3
  • Aucune
Min Min Mint 2002 Kôdansha 1
  • Panini Manga 1 volume (Terminée)
“I” Daphne in the Brilliant Blue 2004 Shonengahosha 1
  • Aucune
XBlade 2007-2011 Kôdansha 12
  • Pika Edition 12 volumes (Terminée)
“I” 2008 Kôdansha 2
  • Aucune
69 2008 Tokuma Shoten 1
  • Aucune
XBlade Cross 2011-2013 Kôdansha 8
  • Pika Edition 4 volumes (En cours)
Genjûza 2011-2012 Kôdansha 3
  • Aucune
Betsuani ! 2012 Ichijinsha 1
  • Aucune
Persona X Detective Naoto 2013-2014 (En cours) ASCII Media Works 2
  • Aucune
Shingeki no Kyojin – Before the Fall 2013-2014 (En cours) Kôdansha 3
  • Pika Edition 1 volume (À venir)